[TOURISME ÉTHIQUE] : Le Domaine des Bulles et sa démarche responsable

6 juin 2022
Crédit photos de l'article : @ledomainedesbulles

Principalement dans les îles caribéennes, le tourisme a une double connotation. Il représente à la fois une opportunité – pour l’économie – et une menace – pour l’environnement et la population. Ce constat s’est d’ailleurs amplifié avec la crise sanitaire et nous en avons malheureusement fait les frais. Comment allier développement local, protection de l’environnement et rencontre avec les populations ? C’est l’un des paris que s’est fixé Le Domaine des Bulles.

Nouvelle journée, nouveau business, nous accueillons, suite à la Journée Mondiale pour un Tourisme Responsable, Deive GIRIER-DUFOURNIER, gérant du Domaine des Bulles.

Des bulles en pleine verdure vauclinoise

– Bonjour Deive et merci pour votre réactivité, suite à notre invitation. Nous aimerions aborder avec vous la thématique du tourisme responsable mais avant tout, qui est Deive ?

– Avant de propulser cette aventure en pleine nature, que faisiez-vous avant ?

– Parlons du Domaine. Cela fait déjà près de 7 ans que vous nous permettez de vivre en famille, en couple ou entre amis, une pause temporelle et un tête-à-tête avec Mère Nature. Comment vous est venue l’idée de créer ces hébergements hors du commun en Martinique ?

– Le Domaine des Bulles est avant tout une histoire de famille. Pouvez-vous nous en dire plus ?

– La relève est-elle déjà assurée pour les années à venir ? Il serait, selon moi,  fort dommage de ne pas perpétuer ce lien qui vous unit tous autour d’un projet d’une telle envergure.

Le Domaine des Bulles : un écolodge authentique

– On ne peut pas parler du Domaine sans parler de ses Bulles. Chaque bulle est différente et met en avant un des éléments de notre environnement. Si vous deviez décrire les 3 premières bulles : Eau, Minérale et Air, que diriez-vous pour chacune d’entre-elles en guise de présentation ?

– Il y a presqu’un an, la Bulle Robinson a vu le jour. J’ai eu la chance de la voir en avant première – non encore accessible au public – lors de mon séjour en #lovetolove début août dernier. Pourquoi l’avoir nommée ainsi ? En quoi est-elle différente des 3 premières bulles ?

– Depuis ma dernière venue, certaines bulles ont fait peau neuve, notamment la bulle Eau. D’où vous vient cette envie de toujours améliorer l’expérience client ?

– Faisons un bond en arrière, cap sur octobre 2021, à l’occasion de la 2ème édition du RDV des Professionnels du Tourisme. Vous avez obtenu la 2ème place des lauréats du Martinique Tourism Awards 2021 #greatjob. Sur quels critères avez-vous été notés ?

Le Domaine des Bulles à la MTA 21
Crédit photo : @chamoiseau

Le développement durable, on y vient. Qu’est-ce qui fait que vous vous inscrivez dans une démarche de développement durable ?

– Que pensez-vous du tourisme actuel en Martinique ? Est-il assez novateur et proche d’une démarche de développement durable ou a-t-on encore beaucoup à faire, comparé à d’autres destinations caribéennes comme La Dominique ou Sainte-Lucie ?

– Le Domaine des Bulles est une prestation complète où l’on vit le moment présent. Spa, massages solo ou duo… table d’hôtes… tout y est pour régaler nos sens. En plein confinement, les petits déjeuners et dîners nous ont été servis directement en hébergement. Qu’en est-il aujourd’hui ? La table d’hôte est-elle de nouveau disponible ? Quel format proposez-vous à vos convives actuels ?

– Améliorations prochaines, petite nouvelle en projet, nouvelles prestations, nouveaux formats … en guise de conclusion, que souhaitez-vous nous confesser ? 

Merci à Deive pour sa disponibilité et sa réactivité.

Compte INSTAGRAM du Domaine des Bulles

Je ne sais pas si vous le ressentez, vous aussi, mais je trouve que les modes de consommation ont bien évolué. La population se tourne davantage sur les petites structures, à la recherche d’authenticité, de cocooning, de bien-être à petite échelle. D’ailleurs, la plupart des moyennes à grandes structures de l’île sont sujettes à de nombreux rachats, destinés à la location saisonnière, où les particuliers deviennent à leur tour les nouveaux propriétaires de ces lieux. 

Cette tendance à consommer autrement se voit également dans notre rapport à la nourriture, où la production locale et l’autosuffisance alimentaire sont de plus en plus plébiscitées.

Dites-nous en commentaire à quelle team vous appartenez. 📱⬇

Andrée-Coralie AMABLE

City Guide