Nord de la Martinique, la beauté sauvage

A la rencontre du Zayann

La Martinique, c’est l’image de carte postale de plages paradisiaques, cocotiers, sable blanc et eau cristalline. Voilà pour ce que tout le monde sait. Mais la Martinique c’est bien plus que ça. En effet, l’île aux fleurs réserve de belles surprises à ceux qui aiment sortir des sentiers battus. Le nord de l’île à la nature sauvage et généreuse saura enchanter ceux qui ont l’âme aventureuse.

Le nord de la Martinique c’est environ 100 000 habitants, soit ⅓ de la population totale de l’île. Dans l’imaginaire collectif, c’est aussi, et surtout, la montagne Pelée.

Ce volcan, dont l’éruption a causé la plus grande tragédie du XX e siècle, reste un symbole fort de l’île aux fleurs. C’est le volcan qui donne cette couleur noire au sable des plages du nord. La partie nord est également plus humide et se revêt donc d’une végétation luxuriante et de forêt tropicale.

Les principales villes du nord de la Martinique

Saint Pierre

L’ancienne capitale de la Martinique, ancien poumon économique et culturel des Antilles françaises, et ville martyre. Le “petit Paris des Antilles”, comme on l’appelait alors, n’a jamais vraiment retrouvé son faste d’antan, mais n’en reste pas moins une destination incontournable.

Visiter Saint Pierre c’est se replonger dans cette catastrophe qui semble s’être déroulée hier. Plusieurs vestiges de cette éruption dévastatrice sont encore visibles, comme les ruines du théâtre et de l’église du fort.

Parmi les incontournables, ne manquez pas de découvrir les épaves coulées dans la baie, ainsi que le cachot qui a permis à un prisonnier d’être un des seuls survivants de cette catastrophe qui a emporté la totalité de la population de la ville soit 30 000 personnes.

Ne partez pas avant d’avoir visité la distillerie Depaz qui est une plongée dans l’histoire de la Martinique.

Case Pilote

Ce n’est certes pas la ville la plus touristique de la Martinique, mais la commune n’en a pas moins d’intérêt. Du nom d’un chef amérindien nommé Pilote, dont la légende veut qu’il ait cédé la moitié de l’île aux français avant de se retirer dans ce lieu, Case Pilote est l’une des villes les plus anciennes de la Martinique.

Son église est classée patrimoine historique. C’est aujourd’hui une paisible bourgade de pêcheurs qui n’a rien perdu de son charme.

Le saviez-vous ?

  • La Montagne Pelée façonne le nord de la Martinique, ses reliefs accidentés, sa végétation luxuriante, font de cette partie de l’île une terre authentique et préservée.
  • Le Nord de la Martinique se caractérise aussi par ses plages de sable noir volcanique qui donnent à ses paysages ce charme si singulier.
  • La partie Nord de la Martinique est le terrain de jeu idéal pour les amoureux de nature et d’activités sportives en plein air. De nombreuses randonnées permettent de partir à la découverte de cascades cachées dans des écrins de verdure.
Vue panoramique saint pierre martinique

Ajoupa-Bouillon

Cette petite commune du nord de la Martinique fut elle aussi durement touchée par l’éruption meurtrière de la montagne Pelée en 1902. La zone fut même évacuée jusqu’en 1906. La ville ne s’est jamais vraiment remise de ce traumatisme. Aujourd’hui, la ville est essentiellement agricole, et profite de l’intérêt grandissant pour le tourisme vert.

En effet, point de départ pour de nombreuses randonnées et promenades, Ajoupa-Bouillon est une zone humide et forestière à la forte pluviométrie qui abrite une grande variété de plantes et fleurs tropicales.

Fonds Saint Denis

C’est la plus petite commune de Martinique en termes d’habitants, mais la plus grande pour les fleurs. Ville la plus fleurie, elle est également proche de la forêt tropicale et ses alentours feront le bonheur des amateurs de nature sauvage.

Au milieu de la forêt se cache la cascade du saut du gendarme. C’est également là que se trouve le centre de volcanologie qui surveille les activités de la montagne Pelée. Ce dernier abrite un petit musée, alors profitez-en.

Le carbet Nord de la Martinique

Le Carbet

L’histoire européenne de la Martinique commence ici. C’est au Carbet que Christophe Colomb débarque pour la première fois en 1502, tout comme les français plus de 130 ans plus tard. C’est une ville d’une importance capitale dans l’histoire de la Martinique et à ce titre mérite le détour.

Le nom de Carbet vient des habitations traditionnelles des amérindiens qui peuplaient l’île avant l’arrivée des européens. La commune du Carbet a su garder son charme pittoresque et n’est pas en reste côté plages magnifiques. Comme souvent dans le nord, c’est le sable noir qui accueille le baigneur.

Le canal Beauregard, également appelé “Canal des Esclaves” a été creusé par les esclaves à flanc de montagne. Il constitue un témoignage fort de la condition des esclaves à cette époque.

Le Prêcheur

Détruit comme Saint Pierre lors de l’éruption de 1902, Le Prêcheur est à présent un charmant village de pêcheurs de la côte nord caraïbe.

Si la commune n’est pas la plus courue des touristes, elle n’en présente pas moins d’intérêt. Vous y trouverez des plages de sable noir d’une grande beauté, l’Anse Couleuvre et l’Anse Ceron. L’ancienne Habitation Ceron accueille du public et dispose d’un magnifique jardin tropical.

Grand’Rivière

C’est la pointe nord de la Martinique. Le bout du bout de l’île. Traversée par une rivière, la commune est l’une des plus isolées de l’île aux fleurs. En effet, une seule route y conduit, et la même est la seule qui permet d’en partir. Grand’Rivière est une petite ville de pêcheurs où le temps semble s’être arrêté.

Surnommée la “commune du bout du monde”, elle a su garder son charme et son authenticité d’antan. Le marché aux poissons est l’une des rares attractions du coin. A noter qu’un sentier de randonnée permet de rejoindre Le Prêcheur en traversant les falaises escarpées.

Le Robert

Troisième ville de Martinique pour sa population, Le Robert est situé sur la côte Atlantique. Protégés par une barrière de corail, et dix îlets, les huit kilomètres de côtes du Robert bénéficient d’une mer calme.

La commune est appréciée des touristes pour la richesse de ses fonds marins, notamment ses fonds blancs. Depuis le port il est possible d’embarquer pour de belles balades, et de se livrer aux joies de sports et activités nautiques.

Vue drone le morne rouge martinique

Le Morne-Rouge

Cette commune se trouve à 500 m d’altitude entre la montagne Pelée et le piton du Carbet dans l’intérieur des terres. Il s’agit de la commune la plus humide et la plus fraîche de Martinique. Conséquence, la végétation y est luxuriante et magnifique.

C’est donc une étape incontournable pour les amoureux de la nature sauvage et de longues randonnées.

Le bourg est également réputé pour sa charmante petite église Notre Dame de la Delivrande avec sa statue de la Vierge Marie. Pour prolonger la visite, le domaine de l’Emeraude propose des sentiers pour découvrir la forêt tropicale et sa flore sauvage.

Sainte Marie

A l’origine, un fortin dédié à la Vierge Marie construit par les premiers colons français en 1658. La commune possède une culture de la vannerie depuis ses origines, initiée par les premiers occupants amérindiens. Sainte Marie est également célèbre pour son fameux Tombolo.

Il s’agit d’un phénomène naturel peu commun qui se produit quatre mois dans l’année, période durant laquelle il est possible de traverser à pied, sans se mouiller, la distance qui sépare la côte de l’île Sainte Marie.

Les autres attractions de la ville sont le Musée de la banane, avec ses 70 variétés cultivées, ainsi que la distillerie Saint James, qui produit l’un des rhums les plus fameux de la Martinique, et dont le musée vaut également le détour.

Vue drone plage nord de la martinique

La Trinité

Située à l’embouchure de la presqu’île de la Caravelle, la commune de La Trinité est fortement marquée par la production sucrière et son commerce. La célèbre habitation Le Galion, qui appartenait à la riche et puissante famille Dubuc a forgé l’histoire du pays.

C’est également à la Trinité que l’on trouve la dernière sucrerie de Martinique. Côté nature, la presqu’île de la Caravelle offre des paysages éblouissants. Une partie est maintenant une réserve naturelle de presque 400 hectares abritant une faune et une flore aussi rares que menacées. C’est en son sein que se trouvent les ruines de l’habitation Dubuc, également appelée Château Dubuc.

Gros Morne

Grande par sa superficie, la commune de Gros Morne l’est également par son importance. Il s’agit ni plus ni moins du garde-manger de l’île. Ville essentiellement tournée vers l’agriculture, notamment la production de l’ananas.

Le mot Morne désigne une petite montagne, c’est donc un environnement montagneux et à la nature généreuse qui accueille le visiteur. Beaucoup de randonnées sont possibles au départ du Grand Morne, avec notamment la cascade du Saut d’Agis.

Le bourg en lui-même a su garder son charme d’antan, avec sa petite église Notre Dame de la Visitation construite au XVIII e siècle. L’Habitation Saint Etienne vient compléter le tableau, l’occasion de déguster le breuvage national de la Martinique.

Vue panoramique Gros Morne, Martinique

Le Lorrain

La commune du Lorrain située dans le centre nord de la Martinique fut autrefois peuplée d’indiens Arawaks avant que les français ne les chassent, ou les exterminent.

De nos jours, Le Lorrain est une commune agricole, et plus spécifiquement dédiée à la banane. La côte est magnifique avec ses falaises escarpées, et sont le décor de très belles balades. Les plages de sable noir du Lorrain sont absolument magnifiques.

Bellefontaine

La commune de Bellefontaine est connue pour l’agriculture, en particulier le maraîchage et la pêche. La Martinique est résolument tournée vers la mer, et à ce titre la pêche y est importante dans toute l’île.

A Bellefontaine vous pourrez admirer les pêcheurs locaux s’adonner à la pêche à la Senne, qui est une technique très ancienne très pratiquée en Martinique. Comme pour illustrer ce rapport si particulier à la pêche, on y trouve un bâtiment singulier en forme de bateau, nommé Tergiléo, qui fait fièrement face à la mer. Le lieu abrite maintenant un restaurant.

Macouba

Tout au nord de l’île, la commune de Macouba tire son nom d’un poisson d’eau douce local. Ici nous sommes au bout du monde, loin des plages bondées de touristes.

La vue est à couper le souffle avec ses falaises abruptes balayées par les vagues de l’océan atlantique. Le tabac y fut la culture majoritaire au cours des siècles passés, à présent on y cultive les bananes et l’ananas. La pêche, là encore, est omniprésente.

Vue MOntagne pelée en martinique

Les choses à faire absolument dans le nord de la Martinique

Vous l’aurez maintenant compris, le nord de la Martinique ravira les amateurs de nature sauvage, de randonnées et de tranquillité. La “Martinique verte” porte très bien son surnom, et il serait vraiment dommage de passer à côté.

La Montagne Pelée est incontournable dans cette partie de l’île, tant le volcan façonne le territoire et va même jusqu’à donner une couleur unique au sable des plages du nord. L’ascension de la montagne Pelée fera donc partie des choses à faire absolument. Attention toutefois aux dénivelés qui peuvent être importants.

Les plages de sable noir sont le symbole du nord de l’île et apportent une atmosphère unique et inoubliable. Parmi les principales citons la plage du Carbet, l’Anse Ceron, la Baie du Trésor située près de la presqu’île de la Caravelle et qui se mérite après une belle randonnée. Et pour finir l’Anse Couleuvre, qui elle aussi s’offre en récompense aux randonneurs courageux.

Les îlets du Robert. La commune du Robert et ses dix magnifiques îlets sont parmi les lieux les plus visités de la Martinique.

Les Gorges de la falaise à Ajoupa-Bouillon. Une attraction incontournable pour ceux qui aiment les activités un peu sportives. Dévaler la rivière entre deux falaises au milieu d’une forêt tropicale luxuriante. Une expérience unique !