À 5 kilomètres à peine de la ville de Saint-Pierre, se trouve un lieu aussi mystérieux qu’historique : le Mémorial du tombeau des Caraïbes.

Vous êtes sans doute déjà passé devant, durant vos promenades dans le nord, en passant par la route conduisant au Prêcheur, sans jamais y avoir vraiment fait attention. Mais que fait donc ce tombeau à ce lieu précis ? Et qui étaient donc les fameux Caraïbes à qui il rend clairement hommage ?

Découvrons-le, ensemble !

Qui étaient les Caraïbes ?

Les Caraïbes sont en fait les premiers habitants de la Martinique ! Ce peuple d’autochtones Amérindiens vivait paisiblement sur l’île. Aussi connus sous le nom de Kalinago, Karibs et Caribes, ils étaient originaires du nord du Venezuela et avaient migré dans les îles des Caraïbes dès le IXe siècle. L’appellation “Caraïbes” est restée, car c’est comme cela que les Français les appelaient après leur arrivée sur l’île ainsi que sur le Nouveau Monde, bien après.

Ce peuple polythéiste était très proche de la nature et savait être à son écoute. Ils se nourrissaient principalement de manioc. Ils pêchaient et cueillaient pour leur survie et faisaient du troc. C’est le début de la sédentarité pour eux ! Ils avaient aussi la particularité d’être de grands confectionneurs, notamment dans le domaine de la vannerie. Cela leur permettait notamment de stocker la nourriture.

indiens caraibes kalina martinique

Ils étaient aussi très en avance sur leur temps, et les femmes étaient très respectées et avaient elles aussi, des rôles importants à jouer au sein de la société : tant au niveau de l’éducation des enfants que de la partie agricole de la communauté.

Le contact avec les Européens est le point de non-retour qui va malheureusement causer la fin de ce peuple dès le XVIIe siècle.

Ils sont d’abord amadoués avec des cadeaux et des promesses par les Occidentaux afin que ces derniers puissent s’installer et s’étendre sur le territoire.

Se pensant assez fort et en nombre supérieur, le peuple accepte. Mais une fois bien installés, les colons prennent le contrôle de l’île. Deux choix s’offrent alors aux autochtones : quitter l’île ou accepter la souveraineté de la France.

La mise en place de l’esclavage va entraîner une guerre et un génocide, mais aussi l’arrivée de maladies auxquelles la population va succomber petit à petit.

Quel est le but de ce mémorial ?

Ce tombeau a été érigé car selon la légende (il est malheureusement impossible de vérifier la véracité des évènements relatés), il s’agirait du dernier lieu où ont été présents les deniers Caraïbes de Martinique. Ces derniers, refusant de se soumettre à l’esclavage imposé par les colons Français, se seraient suicidés en sautant de la falaise.

Ils ont choisi de se donner la mort plutôt que de perdre leur liberté et la vie qu’ils avaient connue. Avant leur mort, le chef des Caraïbes prononça ces derniers mots : “La montagne de feu me vengera” en parlant de la Montagne Pelée. Ce qu’elle fera réellement d’une certaine façon avec l’éruption de 1902.

Le mémorial est constitué de 34 totems sculptés par l’artiste Chantal Hippocrate, placés tout autour d’un rocher de blanc immaculé. Leur nombre n’est pas anodin : chacun d’eux représente l’une des 34 communes de l’île.

tombeau des caraibes precheur

Pour terminer, les totems possèdent aussi des inscriptions : des dédicaces et des poèmes afin de rendre hommage aux victimes de ce génocide. Une inscription pour chaque commune. Par exemple, pour le Prêcheur, il est écrit : mes vérités, les souffrances sont réelles, les joies éphémères, pour Saint-Pierre, il est écrit : avenir, l’avenir se nourrit du présent de mon passé.

Si vous êtes curieux de savoir quelle est la dédicace rédigée pour votre commune, pourquoi ne pas faire un tour et vous recueillir sur ce lieu chargé de sens ?

Pour plus d’informations

Le Mémorial se trouve au Morne des Sauveurs à Saint-Pierre, sur la route allant vers le Prêcheur. Le lieu est accessible gratuitement et 24h/24, même s’il est préférable de s’y rendre en pleine journée afin de profiter au mieux du lieu et admirer les totems.