Au nord de la Martinique trône fièrement la Montagne Pelée. A la fois bénédiction pour la nature et danger potentiel pour l’homme, le célèbre volcan reste un symbole incontournable de l’île.

Pourquoi la Montagne Pelée ?

Vous vous dites sûrement, “mais quel nom étrange pour un volcan”. Pourquoi pelée ?
Les avis divergent sur l’origine de ce nom. On a longtemps pensé qu’au moment de la colonisation de la Martinique une précédente éruption avait détruit la végétation de la montagne lui donnant son aspect dépouillé, chauve, comme “pelé”. D’autres, enfin supposent que l’on doit chercher des origines plus lointaines. En effet, les anciens occupants de l’île, les indiens Caraïbes vénéraient la montagne comme la déesse du feu nommée Pelé, qui pouvait provoquer éruptions et tremblements de terre.
Quelle hypothèse est la bonne ? Le mystère reste entier. A chacun de se faire son avis sur la question.

La Montagne Pelée point culminant de la Martinique

La Montagne Pelée c’est aussi et surtout le sommet le plus élevé de l’île. on la voit de loin. D’un point de vue géologique, la Martinique est composée de deux ensembles volcaniques montagneux : les pitons du Carbet au centre, dont les sommets culminent à 100 mètres, et la Montagne Pelée au Nord dont l’altitude est de 1395 m pour une superficie de 120 kilomètres carrés. L’activité volcanique de la Montagne Pelée aurait débuté il y a environ 500 000 ans, tandis que le volcan des Pitons du Carbet aurait cessé son activité depuis environ 320 000 ans. Composée de couches de cendres et de laves volcaniques, la Montagne Pelée s’est constituée par l’activité d’un autre volcan plus au Nord, le Mont Conil qui a fonctionné en même temps que le volcan des Pitons du Carbet. A noter qu’ en 1902, la Montagne Pelée s’élevait à une plus haute altitude qu’elle ne l’est à l’heure actuelle. L’explosion de son sommet lors de l’éruption a considérablement réduit sa hauteur.