Fitness bèlè, ou comment la culture Martiniquaise se perpétue…

C’est dans le symbolique domaine de Tivoli que j’ai eu le plaisir de rencontrer Youry Rotin créateur du concept Fitness Bèlè, un lieu culturel an koté pou fè liannaj (un endroit pour créer du lien), qui lui correspond tout à fait et je ne croyais pas si bien faire …Zot paré ? I Pati !

fitness bèlè sport martinique

1/ Bel bonjou Youry, je te suis sur les réseaux, je vois que tu es une personne dynamique et engagée, j’aimerais que tu nous racontes ton parcours personnel et scolaire. En bref qui es tu ?

Je suis de nature sportive. Avec une mère dans le judo (Michèle Fagour la première femme ceinture noire de la Martinique en 1983 ), je suis tombé dedans depuis tout petit, j’assistais aux entraînements. Ce qui a créé une certaine impulsion, j’ai d’abord commencé dans le judo. Sa nature combative m’a aussi montré comment aborder la vie en luttant !
Je suis parti en Guadeloupe pour faire des études (Licence) de STAPS spécialisé en Activité Physique Adapté (les Activités Physiques Adaptées regroupent l’ensemble des activités physiques et sportives adaptées aux capacités des personnes atteintes de maladie chronique ou de handicap). Suite à ma licence en Guadeloupe, j’ai obtenu mon Master STAPS APA à Montpellier en 2009 mon sujet de mémoire portait sur un programme de jeux traditionnels destiné à créer du lien chez les seniors autonomes retraités ou comment relier le plaisir de retrouver les jeux d’antan à la connaissance de l’histoire de la Martinique.

2. Des jeux d’antan au bèlè est-ce que c’est ce qui t’a montré la voie ?

Lorsque je suis revenu en Martinique en 2009, j’ai eu la volonté de connaître mon histoire et ma culture c’est là que j’ai découvert le Danmyé (Lutte cadencée ramenée par les ancêtres africains en Martinique, le Danmyé oppose deux lutteurs ou majò qui mesurent leur force et leur agilité au son d’une musique de tambour bèlè, tibwa et chant responsorial. J’ai commencé aussi à travailler à Coeur et Santé en tant qu’enseignant en activité physique adaptée EAPA, c’est une association qui propose différentes activités dont le but est de travailler le capital santé et prévenir les maladies cardiovasculaires et leurs facteurs de risques en faisant de la marche active, course à pied, cardio, fitness, randonnées et des jeux sportifs.

3. Comment es-tu passé du Danmyé, au bèlè au Fitness Bèlè ?
Après avoir expérimenté le bèlè avec l’association culturelle Sakitanou et parler avec les anciens de l’importance de la transmission. J’ai aussi échangé avec différentes associations culturelles. J’ai voulu partager l’énergie du Fitness bèlè et l’intégrer à une activité physique. Je me suis intéressé à la posture lors des pas, aux types de blessures des danseurs en manque de préparation. Il s’agissait pour moi de créer un outil de préservation d’autonomie pour les seniors tout en les réconciliant avec la culture bèlè parfois décriée ou peu connue. Le Fitness bèlè (marque déposée) intervient dans le parcours de soin des seniors dans le cadre de l’activité physique adaptée régulière. Le jeune public, les athlètes et tout autre personne ont leur programme adapté à leurs capacités et à leurs objectifs.

martinique noir et blanc

4. Et les réseaux dans tout ça ? J’ai vu que tu proposais des ateliers de Fitness bèlè sur les réseaux depuis le premier confinement en 2020.

C’est grâce au directeur de l’Institut Martiniquais du Sport Grégory Euphrosine qui a proposé le concept de Sport Bô Kay et à Gino Fidélin, un coach sensible au liannaj entre professionnels du sport, que la pratique sportive du Fitness Bèlè en visioconférence s’est amplifiée même si le Fitness Bèlè se développait déjà, ce qui a permis au concept de prendre une dimension numérique et de toucher du monde en Nouvelle Calédonie, Washington France, Guyane… . Le but étant évidemment d’inciter les gens à pratiquer une activité sportive malgré les restrictions liées à la crise sanitaire.

5. Quelles sont tes perspectives pour la suite ?

Mes perspectives sont la préparation de ma thèse dont le sujet porte sur les séniors et un partenariat avec la commune de Ducos pour la mise en place d’activités physiques régulières en lien avec la culture. J’ai aussi comme objectif de faire le lien avec la Guinée avec l’association culturelle Mi la vi qui a réalisé un migannaj avec la Guinée Conakry au cours d’un projet musical.

6. Une dernière chose à nous dire ?

Mi la vi la vie bel ( La vie est belle ) .

Pour plus d’informations n’hésitez pas à contacter Youry Rotin par mail youry.rotin@gmail.com ou à vous rendre sur le site https://fitnessbele.com/collections/fitness-bele-digital

Pour connaître l’histoire du bèlè https://www.lamaisondubele.fr/

Si vous souhaitez pratiquer le bélé, il existe de nombreuses associations culturelles, j’en ai sélectionné quelques-unes :

https://www.facebook.com/SakitanouWapa ( L’association Sakitanou organise des ateliers bèlè le Samedi au Domaine de Tivoli )
https://www.am4.fr/ ( L’association AM4 regroupe six écoles associatives de danse Kalennda-bèlè ; l’école de Danmyé créée en 1983 a donné naissance à quatre écoles (lékol bòkannal, lékol lonè vié neg, lékol lisid, lékol jenn manmay)
https://www.facebook.com/beleanwout/ ( L’association Bèlé an wout crée en 2019 perpétue la tradition notamment de façon moderne avec les beach bèlè)

Entre tradition et modernité, le bèlè demeure encore et toujours l’âme de notre culture martiniquaise. Alors n’attendez plus pour vous initier ! Zip Zap Wabap !

MARKOS Muriel

City Guide